Retour de la diaspora: Ces audacieux

Que vous inspire le terme diaspora?

On dirait de prime abord un groupe select de personnes aisées ou un club très fermé. C’est ce que ça m’inspire. Mais en fait, il s’agit d’hommes et de femmes qui appartiennent à une communauté ethnique et qui vivent à l’étranger. Aujourd’hui je vois beaucoup de personnes qui décident de tout quitter pour rentrer au pays.  L’ Europe, ils en ont eu assez et se sont dit: c’est le moment de rentrer chez moi pour y faire quelque chose.

J’ai souvent entendu dire « l’Afrique c’est l’avenir il faut rentrer, il y a tout à y construire, le changement c est maintenant » etc. Mais quand on compare l’Europe pour moi la France, et l’Afrique pour moi le Bénin, ce n’est pas une décision facile. En général on part de chez soi pour la plupart après le bac pour y poursuivre ses études. Quand on dresse le bilan, au final on aura passé la moitié de sa vie dans un pays, qui à la base n’est pas le nôtre, mais qui a fini par nous adopter et qu’on a nous aussi adopté.  On y a nos habitudes; le shopping dans les centres commerciaux, le cinéma, le parc Astérix, Disneyland Paris, les nouveaux amis, le système de sécurité sociale et pour certains l’homme ou la femme de sa vie.

Mais tout quitter ? Pourquoi pas ?

Certains ont fait ce pari que je pourrais qualifier d’audacieux.

Il y a ceux qui avaient leur objectif dès le départ. Alors que certains s’adonnaient pendant les vacances à des divertissements en tous genres, d’autres peaufinaient leur avenir enrichissaient leur réseau, et rencontraient les bonnes personnes. Et quand tout à coup ils vous parlent de leur projet de retour en Afrique, vous vous demandez si vous étiez en sommeil pendant ce temps la. D’autres quant à eux, ont profité d’opportunités qui se sont présentées. Ils ont été appelés de par leur compétence, et certains autres français d’origine béninoise ou non qui ne connaissent rien au Bénin, mais y croient, ont persévéré pendant des mois à faire des recherches sur LinkedIn pour trouver  le poste qui leur convient et faire valoriser leur compétence sur place. Ils ont tous un dénominateur commun: Ils ont choisi leur pays ou de manière plus générale, l’Afrique.

Au delà du divertissement, la sécurité sociale, le pôle emploi, le RSA etc. , l’Europe,  c’est aussi l’hiver rude, les impôts qui vous étranglent , la paperasse à n’en plus finir, les crédits, les factures, les loyers, les amendes dans certains cas et le métro. Il ne faudrait pas avoir la phobie administrative sinon vous ne vous en sortez pas.

Le Bénin ce n’est pas qu’un pays en voie de développement c’est aussi des opportunités professionnelles, un pays en construction, des projets à réaliser. Ceux qui rentrent on peut dire prouvent leur attachement à leur pays. C’est un pari audacieux, car ce n’est pas une décision facile et ils sont passés par des étapes pour en arriver là.

Quelques petits conseils avant de se lancer:

  1. Préparer son retour
  2. Avoir fait un minimum d’économies
  3. Identifier les opportunités sur place
  4. Définir son projet professionnel de manière claire et précise.
  5. Être prêt à se réadapter à la culture locale, aux mentalités et à un nouveau style de vie
  6. Connaitre ses motivations et sa vision quant à ce que vous voulez faire une fois rentré.
  7. Prendre en compte votre conjoint si vous en avez un à savoir si il ou elle vous suivra ou alors êtes-vous préparé à une rupture ou à une relation à distance ?
  8. Si vous avez un projet, faire une étude de marché pour voir si votre projet est viable sur place, renseignez-vous , discutez avec les personnes déjà installées ,prenez en compte leurs conseils pour avoir leur point de vue. Ils seront à même de mieux vous répondre car étant sur le territoire, ils s’y connaissent mieux que vous.
  9. Réseautez, réseautez, réseautez. C’est le moment de réactiver votre réseau, rencontrer du monde, s’ouvrir à de nouvelles perspectives. Créer des liens, enrichir ses contacts.
  10. Intégrer une association sur place, surtout si vous ne connaissez personne ( Lions club, toasmaster, Kariba Women etc.) Trouvez l’association qui vous correspond.

L’adaptation peut durer longtemps, il se peut qu’on vous prenne pour un étranger mais à vous de faire votre place, si vous êtes prêt. Il se peut que si vous y allez sans réel projet, vous passiez par une phase de chômage qui peut s’avérer indéterminée, il se pourrait que vous soyez difficilement accepté. Qu’on vous traite de « Yovo »(étranger ou blanc en fon: langue du Bénin), Il se pourrait que vous regrettiez votre retour, c’est pourquoi cela doit être une décision mûrement réfléchie.

J’admire ceux qui ont fait ce pas, et qui s’épanouissent pleinement au pays et qui au fur et à mesure s’adaptent et y construisent leur foyer.

L’Afrique, en tout cas le Bénin, c’est le beau temps toute l’année, c’est un pays en développement, qui ne demande qu’à être redécouvert enrichi et exploité. C’est un pays qui regorge de projets non entamés ou aboutis.

Les personnes qui ont accepté de témoigner pour cet article, évoquent un certain style de vie. Ils s’y sentent juste bien, c’est leur pays, c’est plus pratique pour la vie de famille, ils veulent prendre part à l’essor économique de leur pays; car si nous nous décidons tous à rester à l’étranger, quand apporterons nous nos compétences à notre propre pays?

Quelques témoignages..

« Il y a encore 5 ans mon rêve était Américain. Aujourd’hui il est Africain ». Laurence GUERRIER-BAHINI, haïtienne qui a vécu en France et qui est maintenant installée au Bénin

« Retour mitigé au Bénin. Il faut être préparé à faire face à certains défis etc. (Façon de travailler, mentalité, baisse potentielle de pouvoir d achat etc.)
On n’est pas facilement accepté et on est perçu comme un obstacle par ses nouveaux collaborateurs » Yves Padonou, expert comptable, ayant vécu au Canada et maintenant installé au Bénin

« C’est la plus belle décision que j’ai prise dans ma vie.  Malgré les obstacles, les peaux de bananes, la mentalité, je ne regrette rien. Le Bénin est à la fois comme une terre aride qu’il faut irriguer pour réussir à y cultiver quelque chose et une jungle dans laquelle il faut se battre pour survivre » Yannelle MINOUNGOU Directrice d’agence Yerea Immobilier au BENIN

« Le retour au pays après un long séjour dans un pays développé se doit d’être préparé. On a besoin d’être psychologiquement prêt à accepter de vivre certaines choses comme la mauvaise organisation, le manque d’infrastructure sanitaire Etc. En dehors de ces quelques points la vie y est bien plus conviviale. L’entraide la solidarité sont des valeurs qui perdurent dans mon pays. Certes je ne gagne pas ce que je gagnais en Europe mais je vis beaucoup mieux sans stress et entourée de personnes qui ne me jugent pas. Je n’ai aucun regret d’être revenu au Bénin après ma vie en France. « Christelle FAIHUN.

« Au retour, je me suis retrouvé dans un métissage culturel: Dans certaines situations, je comprenais les comportements, mais je n’arrivais pas à appliquer les conventions sociales. La grosse difficulté est de s’adapter à nouveau aux mentalités. Tu deviens quelqu’un avec une mentalité ni totalement africaine ni totalement occidentale. » Yannick Tassembedo, de retour au Burkina

Le choix n’est pas facile mais à vous de voir si vous en avez le courage, la motivation et surtout l’opportunité, sautez le pas.

J’approfondirai prochainement cet article à travers le portrait d’un audacieux… Vous le découvrirez bientôt.

A très vite

Soyez audacieux

Elsie.

5 commentaires sur “Retour de la diaspora: Ces audacieux

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :